Le jour fendille

« Le jour fendille »

 

Je marche dans le brouillard

Au flanc de la montagne.

Epuisée, je m’arrête

.

Ce matin, fui le bagne,

J’ai faim, je sens que je pars.

Au fond de ma poche

 

Une clémentine.

Je l’épluche, la pulpe

Colle à la peau.

 

Nerveusement,

Je mors dedans

Pour n’en rien perdre.

 

Le jour fendille

Le nuage s’écarte

La lumière inonde la campagne

 

Comme une carte.

Je suis sous l’arbre de vie

Sauvée par l’étoile qui luit.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *